Apocalypse Now, by realPascalDegiovanni

04 mai 2017

Cher Insoumis(e) qui invoquez la démocratie pour ne pas faire barrage au FN

Je vous rassure, je suis moi aussi un démocrate et je suis content que vous preniez la défense de la démocratie. Car comme disait Voltaire, même si vous n'étes pas d'accord avec moi, je me battrai pour que vous puissiez le dire. Je vais donc user de cette possibilité qui m'est offerte par notre République: la démocratie c'est aussi le droit de dire avec courtoisie que vous déconnez à plein tubes ;-) ...

Ca n'est pas un jugement sur vos qualités personnelles mais juste sur vos argumentaires.

Car les faits sont pourtant clairs: Le Pen c'est le fascisme historique avec une longue tradition de violence physique et d'empêchement de l'expression d'opinions non conformes aux idées du pouvoir. Le Pen, derrière un verni social, c'est en plus un libéralisme des plus sauvages qui forme le socle historique du programme de son parti et qu'elle fait appliquer dans les municipalités dirigées par le FN: l'action sociale est systématiquement sacrifiée. Enfin, c'est aussi une députée européenne qui s'est toujours opposée à toutes les propositions visant à protéger les travailleurs au sein de l'UE.

Avec Macron, il y aura certes un peu de libéralisme économique mais bon, si vous lisez ce programme vous verrez que vous aurez toujours l'assurance chômage (étendue même!), l'assurance maladie y compris pour les plus modestes avec la CMU, la retraite par répartition, des études financées par l'impôt et donc redistributives... (à comparer avec la situation aux USA). Je ne vois pas d'apocalypse ultralibérale là dedans.

Vous sous estimez totalement le danger: le FN, après avoir laissé la situation bien pourrir, récupérera la main à l'assemblée d'ici quelques années pour la vérouiller ensuite en la jouant à la Orban avec un plan est déjà tout prêt qui s'appuiera sur l'état de fracture du pays en instaurant une pseudo-proportionnelle avec une bonne grosse prime au vainqueur. Et le pire, c'est que certains d'entre se feront avoir parce qu'ils verront écrit proportionnelle! Puis, une fois l'assemblée à sa botte, il se déchaînera: il n'y aura pas un char à tous les coins de rue, mais le FN se débrouillera pour éjecter en douce des cantines les enfants d'étrangers, couper l'accès à la CMU aux réfugiés et laisser des quasi milices faire des ratonnades dans les quartiers dès que ça râlera trop fort. Et là, je ne pense qu'on regrettera amèrement la perspective d'une réécriture du code du travail par Macron mais il sera trop tard. Ca sera comme en Hongrie: une autocratie autoritaire. Moi, j'appelle cela une dictature 2.0.

Tout cela ce sont des éléments factuels qu'en tant que citoyen tout aussi libre que vous, je suis allé chercher à la source: programmes des candidats, enquêtes de fond sur l'action de la députée européenne Le Pen, sur les municipalités FN, travaux historiques sur l'extrême droite française, et même études de la situation récente en Hongrie. 

Et en tant que citoyen libre, au vu de ces éléments, je suis arrivé à la conclusion que non, Macron et Le Pen ce n'est pas blanc bonnet et bonnet blanc. Maintenant, vous comprenez pourquoi je pense que continuer à considérer que les deux options se valent, c'est une énorme connerie... Ca arrive à des gens très bien mais comme dit le proverbe: errare humanum est, sed perseverare diabolicum.

800px-Reichstag_-_1933

Posté par degiovanni à 12:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


30 avril 2017

Hope for the best, prepare for the worst

En sciences comme en ingéniérie, le titre de ce post est une règle d'or... C'est grace à cela que vous pouvez prendre un avion, un train, et même votre voiture sans vous mettre significativement en danger, que vous pouvez monter dans une tour de 60 étages sans craindre qu'elle ne s'effondre et que, dans la plupart des cas, vous acceptez de vous faire soigner et même opérer sans trop penser que vous jouez votre vie à pile ou face. On appelle cela prendre des marges de sécurité. Et pour cela, il faut envisager le pire et s'en éloigner. 

Alors faisons déjà la première étape pour cette élection. Le pire, c'est ça:

18118799_10208324521062209_5231173979158793450_n

Du coup, depuis une semaine, je regarde avec attention ce qui est en train de se mettre en place comme dynamique collective: sondages bien sur mais aussi réactions des gens sur les réseaux sociaux. Et j'ai donc fait ma propre analyse avec quelques hypothèses simples:

  • J'ai supposé que les abstentionnistes du premier tour continueraient à s'abstenir. Hypothèse raisonnable qui revient à se dire que la grande majorité est dégoutée par le choix proposé et par la campagne. 
  • J'ai supposé que les électeurs de Macron et Le Pen resteraient cohérents en totalité: ils continueront donc à voter pour leur champion. Là aussi, c'est raisonnable.
  • J'ai supposé que les deux petits candidats qui avaient pris des positions fortes contre l'Union Européenne aller se reporter massivement sur Marine Le Pen. Asselineau bien sur (à 100%) mais aussi Dupont-Aignan. Compte tenu du ralliement de ce dernier à Marine Le Pen, c'est une hypothèse très raisonnable. J'ai toutefois prévu que 10% des électeurs de Dupont-Aignan allaient s'abstenir tiraillés entre leur attachement au Gaullisme (qui s'est toujours opposé aux valeurs véhiculées par Le Pen) et leur révulsion vis à vis de Macron.
  • Continuons à droite: pour l'électorat de Fillon, c'est plus difficile. Il y a certainement eu une fuite dès le premier tour vers Macron de ceux qui de toutes façon étaient plutot sur un positionnement de type centre droit. Dans ceux qui restent, un certain nombre suivront surement la consigne de Sens Commun: l'abstention.... Mais ne nous voilons pas la face, d'autre comme Christine Boutin voteront FN. La décéption ayant été forte sur un noyau d'électeurs fortement attaché à leur candidat, je vais prendre une hypothèse forte pour l'abstention: 50%. Et pour ceux qui vont choisir, je vais mettre un léger biais à droite: 30% de report sur Le Pen et 20% sur Macron. Appelons cela l'effet Dupont-Aignan: si quelqu'un se réclamant du Gaullisme et de l'indépendance nationale soutient Marine, c'est que ce n'est pas si terrible... 
  • Le PS a appelé très vite à soutenir Macron mais comme il s'est pris une branlée traumatisante et que le gros des électeurs susceptible de soutenir Macron au premier tour l'a en fait déjà, j'ai supposé un report très fort sur Macron mais une abstention non négligeable: 75% des électeurs de Hamon se reportent sur Macron, le reste s'abstient (pas une voix au FN évidemment).
  • J'ai supposé que les électeurs de petits candidats très à gauche (Artaud, Poutou) ainsi que ceux de Cheminade et Lassale n'allaient pas voter Macron ni Le Pen: dégoutés, refus de soutenir un candidat "ultra-libéral", il s'abstiennent tous!
  • Restent les électeurs de Mélenchon qui constituent un effectif important. Là aussi c'est difficile mais c'est un fait -- et j'insiste sur ce terme -- que beaucoup d'entre eux prennent position publiquement sur les réseaux sociaux en faveur de l'abstention. On y verra plus clair quand on aura les résultats du sondage interne de la France Insoumise mais cela conduit à envisager une abstention effective massive (le vote blanc a le même effet que l'abstention sur le décompte final). De plus, les sondages prévoient 20% de report sur Le Pen! Ca n'est surement pas le cas des gens engagés activement dans la France Insoumise mais il semble que ce soit une réalité cachée de l'électorat de Mélenchon. J'ai donc testé une hypothèse avec 20% de report sur Marine Le Pen, 15% sur Emmanuel Macron et le reste qui ne choisit pas.

Le résultat est là: Marine Le Pen gagne avec 50,5% des suffrages exprimés. 

Voici le tableau des résultats détaillés sous cette hypothèse:

simu-elections-30-avril

Ce post n'a en fait qu'un but, montrer que le pire est possible avec des hypothèses relativement raisonnables.

Je ne vais pas faire le procès de qui serait reponsable d'une telle catastrophe si elle se produisait. Ce n'est pas mon but. Ce que je veux, c'est donner des éléments rationnels pour que chacun puisse se décider en son ame et conscience. Rien d'autre...

Et pour vous permettre de réfléchir par vous même, je vous donne même le fichier Excel avec lequel j'ai fait les calculs: simu_elections.

Et pour les marges de sécurité: et bien, il me semble qu'en République, chacun construit l'avenir commun... Aucun ingénieur en chef ne va décider pour vous.

Posté par degiovanni à 09:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 avril 2017

Comment la mécanique quantique peut aider les Insoumis à battre Marine Le Pen ;-)

Je me permet d'intervenir dans le débat avec un message d'apaisement pour tout ceux et celles qui ne peuvent vraiment pas envisager de voter Macron: il ne s'agit pas de vous forcer à quoi que ce soit.

S'il existait un moyen de vous permettre de ne pas choisir sans que cela ait une incidence, c'est avec grand plaisir qu'on vous regarderait prendre cette option.

Malheureusement ce n'est pas le cas: il faudrait que les abstentions aillent par paires pour ne pas changer le rapport de force et qu'il y ait un gros réservoir d'électeurs convaincus derrière pour que cela se joue entre eux. Or cruelle ironie: le plus gros réservoir d'abstentionnistes se situe à gauche: ce sont les électeurs de Hamon + ceux de Mélanchon qui représentent plus que le nombre de voix données à Le Pen ou à Macron.

C'est un fait, personne n'y peut rien. 

Et donc, malheureusement pour votre tranquilité d'esprit, votre choix aura des conséquences sur tous les autres. Des mathématiques élémentaires le montrent: si les abstentionnistes restent dans l'abstention, et que trop peu d'électeurs de gauche s'abtiennent, alors Marine Le Pen sera élue. Voici une simulation que j'ai faite qui illustre ce cas de figure: avec un électeur de Hamon sur deux qui s'abstient et 5 sur 6 coté Mélenchon, elle passe. 

simulation-2nd-tour

Les hypothèses que j'ai faites ne sont pas si irréalistes: les sondages semblent loin de cela mais ils peuvent se tromper... Je pense qu'il y a moins de chance de mourrir dans un vol en navette spatiale (2 missions sur 130 ont échoué) que de voir Marine Le Pen gagner l'élection. Mais seriez vous prets à signer pour une expérience à conséquences catastrophiques dans un cas sur 60 (1,5%) ? La vraie question est là...

Si les choix étaient entre deux options républicaines, ce serait évidemment plus simple. Mais l'extrême droite est fondamentalement différente: autour de Marine Le Pen et du FN gravite une galaxie de gens dont certains n'hésitent pas à faire usage de la force physique (le GUD, les identitaires et un paquet de groupuscules pas nets). 

Là, en ce moment, ils font profil bas mais si Le Pen passe et met en place des mesures discriminatoires contre lesquelles tout le monde protestera, c'est eux qui commenceront à instiller la peur... Il ne suffira pas de grand chose: deux ou trois tabassages en règle convenablement médiatisés et la peur sera dans toutes les chaumières. Mes deux parents ont connu des périodes où cela s'est déchainé: la seconde guerre mondiale quand ils étaient gamins puis la guerre d'Algérie environ 10 ans avant ma naissance. Cela ne fait pas envie: ma mère à vu les bombes de l'OAS semer la peur, la peur déchainer les foules et des pauvres gens qui passaient au mauvais moment au mauvais endroit se faire lyncher. 

Et même si cela ne se produit pas: on a vu en Europe la Hongrie élire un gouvernement antilibéralisme et antiélites... En 7 ans, ils ont tout vérouillé: les médias, la presse, les ONG, meme celles basées à l'étranger sont de plus en plus dans l'impossibilité de travailler. L'opposition s'est retrouvée devant un découpage éléctoral qui rend quasiment impossible un renversement par les urnes. Lisez ce papier, c'est Orwellien ce qui se passe là bas:

Dis, Viktor Orbán, c'est quoi au juste l'"illibéralisme"?

Le 26 juillet, devant un parterre de sympathisants réunis à Băile Tuşnad (Transylvanie magyarophone) pour la 25 e université d'été libre de Bálványos, le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán , a affirmé dans son discours vouloir construire un Etat "illibéral", fondé sur le travail et la communauté. Un texte consacrant l'orbánisme en action.

http://www.slate.fr

Est-ce cela que nous voulons ? 

Je ne crois que non et que cela nous rassemble au delà des différences entre les options Macron, Mélenchon ou Hamon... Car Emmanuel Macron, aussi libéral et banquier qu'il soit ne franchira jamais cette ligne rouge par conviction personnelle. Même si vous n'y croyez pas, dites vous qu'il ne le fera pas parce que les intérêts économiques auquel vous pensez qu'il est soumis n'y ont aucun intérêt. Eh oui: un régime autoritaire qui causerait une ruine économique, c'est pas bon pour le buisness.... et c'est ce qu'est Marine Le Pen. 

Donc voila le choix devant lequel je me suis trouvé : d'un coté la dureté économique dont il arrive qu'elle devienne une véritable violence mais de l'autre la violence à coup sur et qui n'acceptera aucune contestation. J'ai choisi.

Hélas pour vous, il n'y a pas d'échappatoire: quoi que vous fassiez, cela aura des conséquences. Le non-choix n'existe pas...

Mais si vous ne voulez vraiment pas choisir en utilisant votre libre arbitre, alors j'ai peut être une solution... C'est une idée folle mais bon. Attention cependant, pour qu'elle fonctionne il ne faut l'utiliser que si vraiment vous ne pouvez pas vous résoudre à voter Macron à la toute dernière seconde! Si tout le monde l'utilise sauf les convaincus par Le Pen, je crois bien qu'elle passe...

Confiez votre choix (abstention ou Macron) à pile ou face. Pile vous vous abstenez, Face vous votez Macron. 

Et si vous êtes geek a fond, utilisez un générateur de nombres aléatoires quantique! C'est une une pièce mais qui fonctionne en utilisant la mécanique quantique: elle est parfaite et totalement aléatoire. Pour ceux qui connaissent, ca marche en envoyant une particule de lumière sur un miroir sans tain conçu pour l'envoyer à 50% d'un coté et à 50% de l'autre. On détecte alors par où cette particule sort et cela fait le zéro ou le un.

QrngPrincipe

Vous trouverez un tel générateur en ligne ici, sur un le centre de communication et de calcul quantique australien: si le premier chiffre binaire à gauche est un zéro, vous votez Macron et si c'est 1 vous vous abstenez. (Macron = zéro, facile à retenir non?)

Cela assurera statistiquement une marge de sécurité. Je ne peux rien vous suggérer de mieux... Voici le tableau correspondant à ma simulation lorsque un insoumis sur deux vote Macron et l'autre s'abstient. Cette fois, Le Pen est battue avec un peu moins de 47 % des voix.

simulation-2ndtour-50FI

 

Alors, vous êtes Insoumis et vous sentez que vous ne pourrez pas, même dans le secret de l'isoloir, à l'ultime seconde, décider de voter Macron. Prenez une pièce de 1 euro ou un portable et laissez faire le hasard... 

Après si vous voulez que Marine Le Pen passe, c'est une autre histoire. Mais je me suis plaçé dans l'hypothèse où vous ne le voudriez pas.

PS: Dans l'inteprétation d'Everett de la théorie quantique, si les Insoumis utilisaient cette technique à grande échelle (sans le dire sinon il risque d'y avoir des fillonistes qui vont changer leur vote ;-) ), cela reviendrait à nous envoyer dans une branche du multivers où, avec une forte probabilité, Marine Le Pen perd l'élection...

Posté par degiovanni à 18:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 avril 2017

La France insoumise mais la dèche pour le service public et pour les plus pauvres

Moi aussi je rève de remettre la France en marche vers des jours heureux, vers un nouveau modèle économque, vers la transition énergétique. D'ailleurs, je révais de cela bien avant beaucoup d'entre vous...

Mais je suis convaincu qu'un second tour Mélanchon / Le Pen est le pire moyen pour y arriver. Et qu'on se retrouverait encore plus dans la merde qu'avant.

Permettez donc au modeste fonctionnaire que je suis de vous éclairer. Après tout je vais juste vous expliquer comment on me paye. Vous allez me dire: avec nos impots directs et indirects. Ben non, il n'y a pas que cela.

En effet, il faut savoir que pour faire tourner les services publics et payer les intérêts et refinancer la dette, nous empruntons 185 milliards d'Euros chaque année. Oui je sais, c'est énorme mais bon, il faut trouver environ 50 à 70 milliards d'Euros pour équilibrer le budget et  nous devons rembourser les obligations d'Etat qui arrivent à échéance. En gros, l'Etat fait ce qui est interdit à un particulier: il emprunte pour rembourser ses prets et pouvoir continuer à emprunter.

Pour cela, il y a des gens dans le ministère des finances qui emettent ce qu'on appelle des OAT, des obligations du Trésor. Ce sont des engagements à rembourser le capital emprunté avec un petit intéret. Le gros des OAT vivent 10 ans. Celui qui en achete une fournit du capital à la France qui s'engager à le rembourser avec un petit intérêt. 

Le taux est proposé par l'agence France Trésor qui emprunte pour nous tous par paquets de plusieurs milliards. Si il y a assez de monde pour acheter les OAT, ca passe. Sinon, l'agence essaye d'appater les gens en montant le taux d'intérêt. C'est ce qu'on appelle le "marché primaire de la dette souveraine".

Qui achète ? Des banques, des sociétés d'assurances, très rarement des particuliers. A 60%, ce sont des institutions étrangères qui prêtent à la France. Nous, nous prêtons aux autres pays. Et qui prête en France aux autre pays: ben c'est pareil, des assurances et des banques. Mais il y a un truc important à ne jamais oublier: les banques et les sociétés d'assurance le font pour leur clients. Donc moi: j'ai quelques contrats d'assurance vie. En France, plus de 20 millions de personnes ont placé leurs économies dans un tel contrat et cela représente, accrochez vous, 1 620 milliards d'euros dont 80% est placés dans des obligations d'Etat car les français aiment les placements "sans risque"...

En clair, les Etats s'endettent auprès de gens comme vous et moi qui placent leurs économies en les prétant à des Etats via des sociétés d'assurance et des banques privées qui utilisent les marchés financiers pour cela. C'est t'y pas merveilleux: au coeur du capitalisme, il y a en fait un gigantesque système de financement des services publics ;-) ... Ca, Mélenchon se garde bien de vous l'expliquer!

Imaginez maintenant que les taux prennent +4% durant un an (c'est typiquement ce que l'Espagne et le Portugal ont connu en 2011). Ca représente un surcout de 7.4 milliards par an chaque année pendant dix ans, soit 120 € par an et par français pendant dix ans. Pour une famille de 4 personnes, c'est 480 € par an durant 10 ans... ca commence à chiffrer! Vous ne croyez pas que ce soit possible. Le graphe suivant donne les taux des obligations d'Etat à 10 ans des pays européens lors de la crise de la dette qui nous a tant mis dans la merde... La courbe rouge, c'est la Grèce (eux ils ont pris cher au sens propre)! Le Portugal en marron clair: ils ont du couper le salaire des fonctionnaires. Espagne (jaune), pareil: coupes dans les salaires...

taux_10ans_europe

Un pic comme celui qu'on voit sur ces courbes, c'est autant d'argent qui ne seront pas disponibles pour l'éducation, la santé, la recherche (dans laquelle je bosse), la justice etc. Et si jamais la prime de risque dure une année de plus, c'est le même surcout qui se rajoute... Ca va ? Pas besoin de faire un dessin ?

Vous pouvez dire que la dette est illégitime et qu'on n'a qu'a cesser de la payer. Certes mais allez dire cela en face à n'importe quel fonctionnaire - par exemple un chercheur CNRS comme moi - dont le salaire est financé à 20% par l'endettement (c'est en gros ce que représente le déficit public par rapport au budget de l'Etat, les chiffres sont ici). Si on fait défaut sur les remboursements, là on n'arrivera plus à récupérer d'argent. Et là il faudra couper le budget de l'Etat et des collectivités locales de 20% immédiatement ou sortir de l'Euro et dévaluer de 20% ! Or on a besoin de cet argent pour nos services publics!

Avec Mélenchon comme avec Le Pen, le discours est suffisant pour causer une perte de crédibilité sur les marchés. Ils pourront fair ce qu'ils veulent, quand le Trésor Public mets sur le marché 5 milliards d'euros d'obligations du trésor, il y a quelqu'un quelque part qui décide d'acheter ou de ne pas acheter. Et ni Mélanchon, ni Le Pen, ni aucun homme politique français n'ont le pouvoir de le ou la faire changer d'avis. C'est ça la réalité!

Deux faits pour que les choses soient claires: 1. les taux des obligations françaises à 10 ans ont pris +0.5% en quelques semaines et 2. en février, les japonais ont vendu 13 milliards d'euros d'obligations émises par l'Etat français précisément parce qu'ils commencent à se méfier.

En clair, les emmerdes ont déjà commencé et on risque de se retrouver avec une difficulté de financement précisément à un moment où on a besoin de pouvoir investir pour soutenir l'économie et aider les plus défavorisés. C'est cela que vous voulez ?

Moi pas.

Posté par degiovanni à 22:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 avril 2017

Since I was a child, I’ve always loved a good story...

Ce week end, Mélanchon a fait une ode à la paix sur le port de Marseille. C'est bien. Très bien même. Mais est-ce que l'on peut faire la paix sans affronter la complexité du monde ? Je crois que non...

Et là commencent mes doutes. Car ce qui m'ennuie plus c'est que chez Mélenchon tout est simple... trop simple. Et les histoires trop simples ne marchent pas dans le monde réel.

uncertaingrace83

Je vais vous en raconter une que j'ai vécu: fut un temps, quand un rideau de fer coupait l'Europe en deux, des jeunes gens comme vous étaient révoltés par la faim et la misère qui ravageait l'Afrique, qui tuait en Asie aussi, par millions en Chine dans les années 60 et 70. C'était bien pire que les 10 dernières années (hélas ca va revenir) et on rêvait d'y mettre fin.

Regardez bien cette photo à coté, regardez là bien. J'avais 18 ans quand elle est sortie. C'était ça le quotidien au Sahel à l'époque; vous comprenez que ça nous ait révolté. Et en Asie, il y avait eu quelques grands bonds dans la mort derrière la grande muraille ou dans les marais du Cambodge.

Depuis, le temps a passé et au fil de ce temps, des centaines de millions de personnes sont sorties de la misère. Ce n'est pas un conte de fées: les données sont disponibles facilement. Notre rève de jeunesse était devenu réalité! Mais en même temps, comme dirait Macron, la réalité c'est que des paysans qui crevaient la dalle sont devenus des ouvriers et parfois des cadres, des artisans, des commercants, dans des villes.

Ca a beaucoup mieux marché que les quêtes de charité (We are the world...) mais en même temps (encore), à l'autre bout du monde par rapport à eux, d'autres ont perdu leur travail. Ca c'est chez nous et ça, Mélanchon, il en parle souvent! Plus en tous cas que des paysans aux yeux bridés qui ont fait le grand bond dans la nuit.

Alors ils sont où les jours heureux ?

Pour ceux qui ont perdu leur travail, ils pensent qu'on les leur a volé... mais pour ceux qui sont sortis de leur misère à l'autre bout du monde, ce n'est pas encore le paradis mais ils ne crèvent plus de faim. Ils ont gagné, au sens propre, des jours plutôt plus heureux et des jours tout court! En même temps, si le milliard et demi de gens de l'autre bout du monde étaient restés dans la misère, sachant qu'ils y étaient un peu parce que nous les avions bien poussés à se shooter à l'opium pour développer un commerce fort peu équitable peu après avoir fait notre révolution, est-ce que le monde serait plus sur ?

D'après ce que j'ai vu là bas bien longtemps après avoir été un des jeunes de cette Europe coupée en deux, je ne crois pas... Ils ne nous ont pas pardonné mais en même temps (toujours) nous dépendons les uns des autres... alors on ne va pas se foutre sur la gueule. 

Cette histoire n'est pas finie, loin de là... et comme toutes les histoires du monde réél elle n'a pas le coté poétique et bien léché de ce que raconte Mélenchon. Elle a des bons cotés et des mauvais. Tout ce que je connais à ce petit coté "et en même temps", cette face claire et cette face sombre. Tenez, une autre petite histoire: sur 70 ans, les kalachs ont tué bien plus que les armes nucléaires... Rétrospectivement, on devrait donner le Nobel de la Paix à Teller et Oppenheimer et mettre Mickail Khalachnikov au pilori de l'Histoire... Et toutes les histoires que je pourrais vous raconter sont à l'avenant.

Du coup, je me méfie des hommes et des femmes qui racontent des belles histoires trop simples... Les histoires trop simples nous laissent rarement en paix très longtemps.

Posté par degiovanni à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :