Je vous rassure, je suis moi aussi un démocrate et je suis content que vous preniez la défense de la démocratie. Car comme disait Voltaire, même si vous n'étes pas d'accord avec moi, je me battrai pour que vous puissiez le dire. Je vais donc user de cette possibilité qui m'est offerte par notre République: la démocratie c'est aussi le droit de dire avec courtoisie que vous déconnez à plein tubes ;-) ...

Ca n'est pas un jugement sur vos qualités personnelles mais juste sur vos argumentaires.

Car les faits sont pourtant clairs: Le Pen c'est le fascisme historique avec une longue tradition de violence physique et d'empêchement de l'expression d'opinions non conformes aux idées du pouvoir. Le Pen, derrière un verni social, c'est en plus un libéralisme des plus sauvages qui forme le socle historique du programme de son parti et qu'elle fait appliquer dans les municipalités dirigées par le FN: l'action sociale est systématiquement sacrifiée. Enfin, c'est aussi une députée européenne qui s'est toujours opposée à toutes les propositions visant à protéger les travailleurs au sein de l'UE.

Avec Macron, il y aura certes un peu de libéralisme économique mais bon, si vous lisez ce programme vous verrez que vous aurez toujours l'assurance chômage (étendue même!), l'assurance maladie y compris pour les plus modestes avec la CMU, la retraite par répartition, des études financées par l'impôt et donc redistributives... (à comparer avec la situation aux USA). Je ne vois pas d'apocalypse ultralibérale là dedans.

Vous sous estimez totalement le danger: le FN, après avoir laissé la situation bien pourrir, récupérera la main à l'assemblée d'ici quelques années pour la vérouiller ensuite en la jouant à la Orban avec un plan est déjà tout prêt qui s'appuiera sur l'état de fracture du pays en instaurant une pseudo-proportionnelle avec une bonne grosse prime au vainqueur. Et le pire, c'est que certains d'entre se feront avoir parce qu'ils verront écrit proportionnelle! Puis, une fois l'assemblée à sa botte, il se déchaînera: il n'y aura pas un char à tous les coins de rue, mais le FN se débrouillera pour éjecter en douce des cantines les enfants d'étrangers, couper l'accès à la CMU aux réfugiés et laisser des quasi milices faire des ratonnades dans les quartiers dès que ça râlera trop fort. Et là, je ne pense qu'on regrettera amèrement la perspective d'une réécriture du code du travail par Macron mais il sera trop tard. Ca sera comme en Hongrie: une autocratie autoritaire. Moi, j'appelle cela une dictature 2.0.

Tout cela ce sont des éléments factuels qu'en tant que citoyen tout aussi libre que vous, je suis allé chercher à la source: programmes des candidats, enquêtes de fond sur l'action de la députée européenne Le Pen, sur les municipalités FN, travaux historiques sur l'extrême droite française, et même études de la situation récente en Hongrie. 

Et en tant que citoyen libre, au vu de ces éléments, je suis arrivé à la conclusion que non, Macron et Le Pen ce n'est pas blanc bonnet et bonnet blanc. Maintenant, vous comprenez pourquoi je pense que continuer à considérer que les deux options se valent, c'est une énorme connerie... Ca arrive à des gens très bien mais comme dit le proverbe: errare humanum est, sed perseverare diabolicum.

800px-Reichstag_-_1933